Améliorer le sommeil en mettant toute la lumière sur son éveil

Troubles du sommeil

Le sommeil est une problématique souvent évoquée par nos patients et nos clients. Qu’il s’agisse de la raison principale de consultation ou d’un besoin complémentaire exprimé, ce sujet est une récurrence. Le sommeil a bien sûr cette particularité que tous les maux vécus dans la journée peuvent naturellement générer un mauvais sommeil et vice versa. Nous pouvons aussi remarquer que la problématique de la fatigue au sens large est évoquée par un grand nombre de personnes, sans forcément que celles-ci envisagent de recourir à la sophrologie. Le phénomène de fatigue et de sommeil perturbé semble très généralisé dans différentes couches de la population. Ainsi, je propose ici une réflexion sur l’attention à donner à l’éveil (au sens de son alternance avec le sommeil, mais aussi au sens de son ouverture intérieure) pour améliorer le sommeil.

Image d'une femme réveillée en pleine nuit pour illustrer les troubles du sommeil
Image d'une femme faisant une pause au soleil durant sa journée pour imager la récupération

Les prévenir au cours de la journée

Le sommeil est donc à mettre en perspective avec l’éveil, et si nous parvenons à la fois à mettre davantage de lumière/de présence/d’attention à notre éveil chaque jour mais aussi à notre éveil intérieur, alors un sommeil bien différent pourrait apparaître. 

Lorsque nous travaillons avec nos patients et nos clients sur le sommeil, nous leur apprenons bien souvent à lâcher prise, car c’est bien cela que nous demande le sommeil pour avoir une qualité et une quantité suffisante pour notre santé. Mais nous leur apprenons aussi à développer des réflexes en journées pour ne pas tirer sur la corde du stress et de la fatigue permettant un sommeil plus réparateur, et les bons réflexes à adopter le soir ainsi que les rythmes biologiques à respecter. En effet, mettre la lumière sur nos moments d’éveils est, me semble-t-il, la nécessité première, car c’est là au cœur de l’éveil que se joue le sommeil. En journée, l’alternance récupération/vigilance est les 2 faces d’une même pièce et savoir manier aisément ces deux faces est une préparation au sommeil.

La vigilance : la vigilance est notre capacité à rentrer en état de complète présence à nos actions et à notre environnement, et si nous utilisons trop cette capacité sans entendre le besoin de récupération, cela peut mener au contrôle permanent et aux tensions chroniques.

La récupération : la récupération est notre capacité à rentrer dans un état de complète libération (contraire de maîtrise) momentanée ou durable, et si nous utilisons trop cette capacité sans entendre le besoin de vigilance, cela peut mener à la passivité excessive et une atonie corporelle.

Il est vital d’utiliser les faces de cette pièce avec alternance pour permettre aux journées d’être bien utilisées et que le sommeil puisse se saisir sans difficulté de notre éveil pour le restituer allégé le lendemain. En journée, la vigilance active et la récupération tempère.

 

Grâce à cette alternance bien respectée durant l’éveil, le sommeil se mettra en miroir de cela par lui aussi une alternance saine de ses phases et de ses cycles entre récupération mentale, récupération physique, et mise à jour des fonctions du corps et fonctions cérébrales.

 

En effet, le sommeil a également en quelque sorte ses phases de vigilance (sommeil paradoxal) et ses phases de récupération (sommeil lent profond).  La nuit et la journée suivront alors chacun un rythme d’alternance qui permet ainsi la complétude de l’éveil et du sommeil.

 

Qu'en est-il de l'éveil intérieur ?

Au sens de l’éveil intérieur, il est aussi important de mettre la lumière sur ce point. Notre capacité à être éveillé intérieurement est notre capacité à recouvrir un ensemble comportant nos croyances, nos émotions, nos perceptions, afin d’en faire un aiguillage sensible et propice pour trouver un chemin sain et constructif à l’égard de soi, des autres, et du monde. Cet éveil intérieur est caractérisé par le travail de fond que nous menons en sophrologie sur notre conscience pour la clarifier, l’apaiser, et l’approfondir et qui permet alors en miroir également un sommeil (monde de l’inconscient) fait de clarté, d’apaisement, et de profondeur.

Image d'une femme qui médite pour imager l'éveil intérieur

Donner à son sommeil non pas la responsabilité d’apaiser son éveil mais donner à l’éveil la lumière que le sommeil mérite de recevoir pour avoir la responsabilité de l’éteindre, l’étreindre, et l’étendre tendrement jusqu’au prochain matin.

Matthieu Wiart
Matthieu Wiart

Sophrologue, formateur, rédacteur, coach-consultant et coordinateur du réseau La Parenthèse

2 réponses

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *