LA PLACE DU SOPHROLOGUE dans le paysage
des professionnels de santé et d'accompagnement

L’exercice de la profession de sophrologue est pluriel.
En effet, le sophrologue peut choisir d’accompagner individuellement en cabinet, d’animer des groupes, de former des professionnels ou des particuliers, d’accompagner des personnes malades ou en grande difficultés de santé ou sociale, d’animer des conférences, des ateliers de sensibilisations…
Photos blog

De cette diversité possible dans laquelle le sophrologue choisit ou non d’aller, il y développera différentes approches, ainsi différentes postures à adopter avec les personnes qu’il accompagnera ou formera et avec les professionnels avec lesquels il collaborera :

La sophro des origines :

Il s’agit d’accompagner, de former, d’informer ou de sensibiliser une personne ou un groupe de personnes à l’harmonie de la conscience, que je nommerai comme un état d’être apaisé et sécure à soi, aux autres, et à son environnement. La sophro des origines est un travail de connaissance de soi, d’approfondissement de la relation à soi et d’ouverture au monde intérieur et extérieur tel qu’on le perçoit et le vit. Il s’agit alors d’un chemin à emprunter avec différents degrés (12 au total créés par le fondateur de la sophrologie, Alfonso Caycedo). La place du sophrologue est ici d’être le garant et le responsable d’une méthode faisant le lien, le pont, et l’émulation entre toutes les pratiques et disciplines de santé occidentales et orientales.

La sophro santé :

Il s’agit d’accompagner, de former, d’informer ou de sensibiliser une personne ou un groupe de personnes à l’amélioration de sa santé physique et mentale par la régulation de son stress, de ses émotions, de ses douleurs, de son sommeil, de son attention. Il s’agit alors de trouver les ressorts pour pallier, en complément de traitements ou autres accompagnements, à un problème de santé spécifique ou mieux vivre avec, tels que par exemple les acouphènes, les troubles du sommeil, la dépression, les douleurs chroniques, l’hyper activité, l’hyper sensibilité. La place du sophrologue est ici un partenaire de santé, capable d’apporter un traitement complémentaire et associé aux traitements déjà utilisés par le patient pour décupler le processus de réduction ou de suppression de  la gène, souffrance, ou de la maladie rencontrée.

La sophro relax :

Il s’agit d’accompagner, de former, d’informer ou de sensibiliser une personne ou un groupe de personnes à se relâcher dans les différents moments de la vie personnelle et professionnelle le nécessitant,  et à alléger un surplus d’émotion, de stress, et d’angoisse. Le ressenti du lâcher prise et de la prise de recul grâce aux outils de la sophrologie permettra d’éprouver des moments de détente corporelle et mentale dans l’instant, transférable à d’autres moments. La place du sophrologue est ici d’être le réceptacle des tensions passagères ou durables et d’assurer une présence et une technicité à un instant T quand la tension nécessite d’être déposée, ou quand des conseils à prodiguer, une consolation à apporter, un temps pour soi est nécessaire.

La sophro coaching :

Il s’agit d’accompagner, de former, d’informer ou de sensibiliser une personne ou un groupe de personnes à développer son potentiel dans ses projets de vie. Cela peut être alors l’activation de capacités permettant d’entreprendre de la manière la plus adéquate sa vie : utiliser à bon escient son stress, développer la confiance en soi, accroitre sa motivation, développer sa concentration, affiner son intelligence émotionnelle. Nous accroissons les capacités de la personne en les rendant plus efficientes et tournées vers la réalisation et l’accomplissement de soi et la réussite de projets ambitieux et valeureux pour soi. La place du sophrologue est ici d’être un élévateur de talent, un élévateur du processus créatif, adaptatif, et réactif de l’être humain, un propulseur de réussites.

La sophro pédagogie :

Il s’agit d’accompagner, de former, d’informer ou de sensibiliser une personne ou un groupe de personnes sur les notions théoriques telles que le sommeil, les émotions, le stress, la douleur, et d’y mettre du sens par des pratiques de sophrologie adaptées à chaque public (cadres, travailleurs en usines, parents, enseignants…). Ceci pour permettre à chacun d’acquérir de la connaissance et de la compétence pour améliorer des difficultés récurrentes, répandues, et présentes habituellement dans son milieu de vie ou d’activité professionnelle du fait de ce qui le compose (environnement bruyant, stressant, fatiguant, travail en équipe, travail seul…). La place du sophrologue est d’être ici un enseignant transmetteur d’un savoir et d’un savoir faire qui améliore le quotidien et rend chacun plus compétent en matière d’équilibre personnel.
Qu'en pensez-vous?

La place du sophrologue est-elle aujourd’hui la bonne ?
Que voulez-vous faire bouger en vous? en nous? en chacun (partenaires, clients, prescripteurs) ?

Si vous développiez dans chacune de vos postures des liens différents, des places différentes, des projets différents, ça donnerait quoi pour vous, pour nous, pour tous?

Aimeriez-vous voir développer plus particulièrement certaines des approches évoquées dans de futurs articles?

Matthieu Wiart
Matthieu Wiart

Sophrologue, formateur, rédacteur, coach-consultant et coordinateur du réseau La Parenthèse

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *